Séminaire parlementaire sur l’importance des investissements publics pour renverser les tendances alarmantes de la malnutrition au Niger (Haut-Commissariat à l’Initiative 3N, 28 septembre 2019)

Un séminaire parlementaire sur l’importance des investissements publics pour renverser les tendances alarmantes de la malnutrition au Niger a été organisé par l’Institut National de la Statistique à travers le projet de la Plateforme Nationale d’Information pour la Nutrition (PNIN) et le Haut-Commissariat à l’Initiative 3N « les Nigériens Nourrissent les Nigériens » le samedi 28 septembre 2019 à Niamey. Ce cadre d’échange a regroupé outre les parlementaires, des représentants des institutions nationales en charge de la nutrition, d’Institutions des Nations Unies et des ONG au Niger.

Le Secrétaire Général du Haut-Commissariat à l’Initiative 3N, Monsieur Mahaman Sani Abdou a ouvert le séminaire au nom du Haut-Commissaire à l’Initiative 3N et a remercié les participants présents avant de formuler le souhait que ce cadre d’échange soit une ouverture de plus à toute initiative de lutte contre la malnutrition au Niger. Ensuite, le deuxième Vice-président de l’Assemblée Nationale, Monsieur Mahamane Liman Elhadji Ali dans son discours d’ouverture, a rappelé la situation critique de la malnutrition au Niger et les conséquences engendrées en capital humain et en productivité économique. Monsieur Mahamane Liman Elh Ali a aussi déclaré qu’une attention particulière sera portée au rôle du parlement dans le suivi et l’affectation de crédit aux questions de nutrition. En effet, les parlementaires, à travers leur rôle de plaidoyer et de redevabilité ont une place majeure dans la lutte contre la malnutrition au Niger

La Présidente du Réseau des parlementaires pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle, Madame Rabi Hassane, a indiqué que le Niger s’est engagé à renverser les tendances alarmantes de la malnutrition avec l’adoption de la Politique Nationale de Sécurité Nutritionnelle (PNSN). Aussi, l’Assemblée nationale à travers le Réseau des parlementaires pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle, se devait de participer à ce séminaire pour notamment : 1) sensibiliser les parlementaires; 2) susciter davantage l’engagement du Gouvernement; 3) faire le plaidoyer en faveur de la nutrition et de la sécurité alimentaire.

Monsieur Balarabe Issiac Mahaman, le coordonnateur du projet de la Plateforme Nationale d’Information pour la Nutrition (PNIN) et l’Analyste principal de la PNIN (Monsieur Almoustapha Theodore Yatta) ont fait la première présentation sur les tendances de la malnutrition chronique et ses déterminants chez les enfants de moins de cinq ans. Les facteurs contextuels, tels que la forte croissance démographique comme facteur dopant du cycle stagnant de la malnutrition ou encore le faible pouvoir d’achat ont été présentés. L’Equipe de la PNIN a présenté les tendances au niveau national et régional et a mis l’accent sous les facteurs sous-jacents liés à la vulnérabilité à la malnutrition chronique et à tous types de malnutrition en général. Ainsi, le Niger a encore des gaps importants à combler dans l’atteinte des seuils raisonnables fixés au niveau mondial dans la plupart des secteurs de la Politique Nationale de Sécurité Nutritionnelle. La présentation a également mis l’accent sur l’importance de l’Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant (ANJE) avant de présenter certaines conclusions et recommandations.

Monsieur Mahamadou Aboubacar, Coordonnateur de la Cellule Nutrition au HC3N et membre de la PNIN a accès sa présentation sur l’importance du financement de la malnutrition au Niger en se focalisant sur les conséquences de la malnutrition (faible résistance à l’infection, coûts économiques supplémentaires, performances scolaires, productivité, …) et l’énorme fardeau humain de la malnutrition (43 % de la mortalité des enfants de moins de cinq ans). Aussi Monsieur Mahamadou Aboubacar a rappelé qu’éliminer toutes les formes de la malnutrition au Niger est une étape nécessaire pour le développement inclusif du pays. Il y a un important retour sur l’investissement qui justifie la nutrition parmi les priorités nationales d’investissement. Le coût de l’inaction est tout simplement désastreux à travers tout le cycle de la vie et intergénérationnel. Aussi, il a rappelé les estimations de la dernière analyse des équipes de la Banque Mondiale/R4D selon lesquelles les gouvernements devraient doubler leurs dépenses de 2016-2025 et les donateurs devraient multiplier les aides par 3 sur cette même période. Les financements restent néanmoins trop faibles à l’heure actuelle (0,3 % des dépenses publiques courantes au Niger).

Les différentes présentations ont suscité l’intérêt des parlementaires qui ont soulevé la pertinence de :

  • Réaliser un séminaire gouvernemental afin de sensibiliser les membres de gouvernement sur la nécessité de prévoir une enveloppe budgétaire pour la nutrition lors des arbitrages budgétaires ;
  • Réaliser des analyses approfondies afin d’élucider les déterminants de la malnutrition dans les régions les plus touchées ;
  • Sensibiliser les populations sur les vrais défis de la malnutrition afin d’amorcer un changement de mentalité ;
  • Engager les parlementaires à suivre de près les allocations dédiées à la lutte contre la malnutrition dans la loi de finance 2020;
  • Aligner les différentes recommandations émanant du séminaire parlementaire aux cahiers de charge des parlementaires.

L’atelier s’est terminé par une conférence de Presse afin de faire une large communication autour de ce séminaire parlementaire et des premiers résultats du Plan Cadre d’Analyses 2019-2020 de la PNIN.

(Liens de téléchargement pour :

1. Tendances de la malnutrition chronique des enfants de moins 5 ans au Niger ;

2. Importance du financement de la nutrition au Niger ;

3. Note d’informations

4. Note de synthèse sur le séminaire parlementaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.