Développement d’une agriculture et des systèmes alimentaires sensibles à la Nutrition au Niger : évaluation de la sensibilité à la nutrition dans les documents stratégiques des Ministères en charge de l’agriculture et des systèmes alimentaires

Le Plan Cadre d’Analyses 2019-2020 comporte la question N°3 suivante : « Comment prioriser les interventions en fonction de leur contribution à l’amélioration de l’état nutritionnel au Niger ? ».Pour repondre a cette question, et afin de lancer des analyses d’ordre méthodologique pour formuler/adapter une grille de sensibilité dans le domaine de l’agriculture et des systèmes alimentaires, la PNIN a tout d’abord élaboré une Note « Développement d’une agricultrure et des systèmes alimentaires sensibles à la Nutrition au Niger ».
Au Niger, les principaux secteurs du développement rural en lien avec les systèmes alimentaires sont repartis entre deux Ministères séparés au Niger. L’agriculture et élevage relèvent du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage (MAGEL) tandis que la pêche, aquaculture et les produits forestiers alimentaires dépendent du Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable (MESUDD). Suite à une brève analyse de la situation nutritionnelle et alimentaire, des defis des systemes alimentaires au Niger et la comprehension des concepts, la présente note offre un menu d’options de politiques et strategies possibles pour aller vers un système alimentaire durable. Cette note technique d’orientation sert également de support à l’évaluation du niveau d’intégration de la nutrition dans les documents stratégiques du Ministere de l’agriculture et de l’élevage ainsi que ceux des secteurs de la pêche, aquaculture et agroforesterie.
Afin de renforcer la contribution du secteur de l’agriculture/élevage à la nutrition, il est important de sensibiliser les décideurs et les élaborateurs de politiques et d’améliorer leur prise de conscience, afin de favoriser le développement et la mise en œuvre des politiques, programmes et investissements agricoles sensibles à la nutrition. Les recommnadations élaboré par la FAO sont rappelés dans la Note et visent à améliorer la prise en compte de la nutrition dans les politiques agricoles, les programmes et les investissements agricoles . Certaines de ces recommandations ont être traduites en interventions concrètes dans les documents d’orientations stratégiques multisectorielles (Politique Nationale de Sécurité Nutritionnelle (PNSN) et son plan d’action multisectoriel).
A partir de cette Note, la PNIN a élaboré une grille d’évaluation de la sensibilité à la nutrition dans les documents stratégiques des Ministères en charge de l’agriculture et des systèmes alimentaires. Cette grille d’évaluation est basée sur le Toolkit (boîte à outils) de la FAO sur les systèmes agricoles et alimentaires sensibles à la nutrition. Les documents stratégiques en lien avec les fonctions et missions du Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage (MAGEL) soumis à l’évaluation sont : (i) l’Initiative 3N pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et le développement agricole durable : « les Nigériens Nourrissent les Nigériens » ; (ii) le Plan d’action 2016-2020 de L’I3N (« Initiative les Nigériens Nourrissent les Nigériens ») ; (iii) le Document de Programmation Pluriannuelle de Dépenses (DPPD 2020-2022), (iv) le Plan Annuel de Performance (PAP) 2020.
Sur la base de ce classement, le Cadre stratégique de l’I3N et le Plan d’Action I3N obtiennent les meilleurs scores avec une prise en compte adéquate de la nutrition tandis que le Document de Programmation Pluriannuelle de Dépenses (DPPD) et le Projet Annuel de Performance (PAP) intègrent modérément les dimensions de nutrition pour l’ensemble des composantes étudiées. Le niveau modéré d’intégration de la nutrition pour l’ensemble des composantes étudiées du DPPD et du PAP du MAGEL est une avancée majeure par rapport aux précédents exercices de planification stratégiques. Le Cadre Stratégique de l’Initiative « 3N » donne plus de détails programmatiques et couvrent les besoins d’intervention en nutrition conformément à l’ampleur des problèmes. Les estimations budgétaires intègrent également la nutrition. Les estimations budgétaires des besoins exprimés dans le DPPD sont couverts à plus de 70 % par les allocations de crédit du PAP, ce qui renforce davantage les liens et la cohérence entre ces deux documents.
Il y a encore un potentiel énorme pour l’intégration de la nutrition durant les futurs processus de reformulation et révision de ces derniers. Une des lacunes majeures du DPPD du MAGEL par exemple est l’absence de la prise en compte de la nutrition dans les indicateurs de performance du programme relatif à la production végétale du DPPD tandis que ceux du programme de la production animale y sont intégrés. Pour explorer et maximiser ce potentiel dans les futures planifications stratégiques, des recommandations spécifiques à travers les principales composantes du système alimentaire national ont été formulées à l’attention des principales parties prenantes du secteur.
• Mettre davantage, dans les futurs DPPD et PAP, l’accent sur l’horticulture alimentaire, les légumineuses, l’élevage, l’aquaculture et la pêche à petite échelle. Ces différentes chaines de valeur produisent des aliments relativement rares et chers sur les marchés locaux, mais riches en nutriments et qui sont largement sous-utilisés au Niger en tant que sources de revenus et de nourriture ;
• Renforcer dans les documents stratégiques du MAGEL la cohérence entre les pratiques commerciales et les actions en faveur de la nutrition à travers par exemple, des actions complémentaires visant à maximiser les synergies et à minimiser les risques . Il s’agit par exemple d’assurer que les légumineuses et les fruits et légumes ne sont pas uniquement consommés par des segments de la population qui en consomment déjà régulièrement. De même, des actions pensées et cohérentes des importations alimentaires peuvent réduire les effets de la saisonnalité des aliments frais par exemple ;
• Inclure dans les documents stratégiques du MAGEL l’élaboration et l’adoption du guide alimentaire et de normes nationales de qualité des systèmes alimentaires adaptées aux contextes sub-nationaux ;
• Inclure dans les DPPD pour chaque projet et programme une brève description de ses objectifs et des résultats attendus ainsi que les synergies possibles dans leur mise en œuvre pour plus d’impact nutritionnel. Les projets et programmes du MAGEL doivent également inclure des campagnes de prévention de la malnutrition par les services déconcentrés de vulgarisation agricole à l’attention du grand public visant à accroître la connaissance sur les bonnes pratiques d’alimentation adaptées aux différents contextes locaux ;
• Inclure dans les documents stratégiques de façon précise des mesures en faveur des populations vulnérables et visant à promouvoir l’autonomisation des femmes, telles que : les dispositifs de protection sociale permettant aux individus d’accéder à des aliments nutritifs lors de chocs ou pendant les périodes de soudure (ou de faible disponibilité alimentaire), l’accès équitable aux emplois décents et ressources productives, l’accès des producteurs vulnérables aux marchés (y compris l’accès à l’information et aux infrastructures) ;
• Accélérer les investissements publics dans l’agriculture et les systèmes alimentaires sensibles à la nutrition à même de contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, en assurant une meilleure exploitation du potentiel national et sub-national des systèmes de production alimentaire. L’accent doit être mis davantage sur l’amélioration de l’accès et l’utilisation des services financiers par les petits exploitants agricoles/ménages ruraux qui, à leur tour, accroîtront les investissements dans le secteur agricole car ils sont le segment le plus grand et le plus important de acteurs des chaînes de valeur agricoles . Un équilibre des allocations des crédits budgétaires entre les productions végétales et animales doit être recherché en passant des DPPD aux PAP ;
• Inclure dans le cadre de mise en œuvre des documents stratégiques, la régionalisation de la mise en œuvre des projets et programmes du MAGEL rattachés au sein de structures gouvernementales nationales avec l’appui de différents partenaires. Il s’agit de mieux rapprocher la gestion de ces projets des populations bénéficiaires et de mieux créer les synergies avec les autres programmes dans les régions administratives ;
• Mettre davantage l’accent dans les documents stratégiques du MAGEL sur l’accès aux services d’encadrement et de conseils en considérant tous les points d’entrée du système alimentaire du Niger et en prenant en compte les spécificités régionales. Cela passe par la mise en place des cadres collaboratifs pour gérer les différents acteurs et emplois du temps dans le cadre de la formulation et la mise en oeuvre des politiques, projets et programmes du MAGEL. Il s’agit également de mieux former les agents de vulgarisation agricole sur la nutrition ;
• Inscrire dans le DPPD et PAP du MAGEL l’amélioration de systèmes de données et la meilleure gestion des connaissances au bénéfice de la prise de décision, de la planification et de la mise en œuvre des politiques et programmes. L’accent doit être mis sur l’inclusion d’indicateurs de performance des programmes et Projets (DPPD et PAP) et d’indicateurs de consommation alimentaire et d’accès à des aliments sûrs, variés et nutritifs (e.g. prix des denrées alimentaires et les indicateurs de diversité alimentaire en particulier chez les individus vulnérables) ;
• L’appui des partenaires doit s’inscrire dans le renforcement de l’alignement des politiques et programmes du MAGEL avec la Politique Nationale de Sécurité Nutritionnelle (PNSN) et ses plans d’action et dans une démarche renforçant la rédevabilité et le leadership du gouvernement ;
• La Société Civile et les ONGs doivent aider à améliorer la perception de la nutrition dans l’ensemble de ses dimensions de prise en charge et de prévention et participer à la formulation des documents stratégiques.

Liens vers le rapports d’analyse :
• PNIN, « Développement d’une agricultrure et des systèmes alimentaires sensibles à la Nutrition au Niger » 36 p., Mars 2020.
• PNIN, « Grille d’évaluation de l’intégration de la nutrition dans les Documents stratégiques en lien avec le Ministère de l’Agroculture et de l’Elevage » 40 p., Mars 2020.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.