Concertation indépendante sur le Système alimentaire au Niger sur la thématique « Relier la santé et les systèmes alimentaires durable pour améliorer la sécurité nutritionnelle : l’indice de la faim dans le monde comme outil d’aide à la décision »

Une concertation des acteurs sur la thématique « relier la santé et les systèmes alimentaires durable pour améliorer la sécurité nutritionnelle : l’indice de la faim dans le monde comme outil d’aide à la décision » s’est tenu dans la salle « Ténéré » de l’hôtel Bravia de Niamey le mercredi 26 mai 2021. Cet atelier, placé sous la présidence du Ministre de l’Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, représenté par la Secrétaire Générale dudit Ministère, s’est tenu en présence de plusieurs personnalités, notamment le Directeur pays de l’ONG Welthungerhilfe (WHH), le représentant du Département Développement Rural de la Primature, le représentant du Ministre du Développement Communautaire et l’Aménagement du Territoire, le Réprésentant du Haut-Commissariat à l’Initiative 3N, la Réprésentante résidente de l’Organisation Mondiale de la Santé au Niger et du Réprésentant Pays de l’ONG GRET assurant la Coordination des Concertations Indépendantes sur les Systèmes Alimentaires, les Directeurs Pays des ONG internationales membres de l’Alliance 2015 dont WHH fait partie (ACTED, Helvetas, Concern WorldWide, Ayuda en Accion) ainsi que les organisations de la société civile. Après l’accueil et l’installation des participants, une vidéo sur l’historique et les réalisations de l’ONG WHH a été présentée.
La cérémonie a débuté avec le mot du Directeur Pays de WHH, Monsieur Francis DJOMEDA, dans lequel il a souhaité la bienvenue aux participants à l’atelier. Le discours d’ouverture a été prononcé par la Secrétaire Générale du Ministère de l’Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, Madame Djibrillou Bintou Mary.
Trois communications se sont succédées. La première concerne la présentation de la 15ème édition du rapport sur l’indice de la faim dans le monde par Monsieur Francis DJOMEDA, Directeur Pays de WHH. Il s’agit d’un rapport évalué par des pairs et publié chaque année par Welthungerhilfe et Concern Worldwide. Ce rapport mesure et suit les tendances à long terme de la faim au niveau mondial, régional et national. La deuxième présentation, par le Dr. Gervais Ntandou-Bouzitou, assistant technique chargé des politiques à la FAO, a portée sur les systèmes alimentaires durables pour améliorer la nutrition et la santé dans les contextes de fragilités. Elle révèle que les systèmes alimentaires sont intrinsèquement liés à la santé, l’environnement, la culture, la politique et l’économie. Nous avons donc besoin de régimes alimentaires sains issus de systèmes alimentaires durables qui protègent la santé et le bien-être de l’homme et qui résistent aux chocs. Pour finir, Monsieur Yatta Almoustapha, analyste à la PNIN, a effectué une présentation sur les systèmes d’information pour la nutrition (PNIN). La présentation se focalise sur comment prendre en compte les indicateurs nutrition-sensible pour une meilleure intégration de la nutrition dans les systèmes alimentaires. La présentation montre l’importance d’inclure des objectifs et des indicateurs de nutrition explicites dès la conception des programmes et détecter et atténuer les potentiels impacts négatifs. Enfin, une discussion sur les communications a permis de faire ressortir quelques points d’attentions et des recommandations. Ces recommandations sont :
• Vulgariser davantage la Politique Nationale de Sécurité Nutritionnelle (PNSN) et son plan d’action multisectoriel au niveau nation et au niveau déconcentré ;
• Faire connaitre à tous les acteurs de la nutrition la Plateforme Nationale d’Information sur la Nutrition (PNIN), ses objectifs avantages et produits ;
• Etablir une passerelle directe entre la PNIN (principal système d’information de la PNSN) et les systèmes d’informations des ministères et institutions publiques de mise en œuvre de la PNSN ;
• Assurer le plaidoyer permettant de faire de la statistique une activité prioritaire dans les ministères et institutions de mise en œuvre de la PNSN ;
• Mener un plaidoyer pour une meilleure allocation des ressources publiques pour la production des données statistiques par les ministères, car la prise des décisions et l’élaboration des politiques publiques en dépendent ;
• Mener un dialogue avec les partenaires, en particulier les ONG pour une plus grande implication dans la collecte et l’harmonisation des données statistiques et leur financement ;
• Mener un plaidoyer auprès du Gouvernement pour opérationnaliser le fonds de développement de la statistique ;
• Renforcer les capacités institutionnelles, organisationnelles et techniques des cadres des Directions des Statistiques des ministères et institutions publiques pour l’actualisation et l’harmonisation régulières des données statistiques administratives et d’enquête de bonne qualité.
Pour conclure les travaux de la concertation, le directeur pays de WHH a pris la parole pour remercier l’ensemble des participants pour la qualité des discussions et les responsables du Haut-Commissariat à l’Initiative 3N (HC3N) pour leurs appuis dans le cadre de cette activité.

Rapport de de l’atelier de concertation indépendante sur les Systèmes alimentaire au Niger

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.