Lancement par la Plateforme Nationale d’Information pour la Nutrition (PNIN) d’une étude qualitative sur les pratiques et connaissances en matière de nutrition

En 2019, la Plateforme Nationale d’Information pour la Nutrition a conduit des analyses approfondies conformément à son Plan Cadre d’Analyse 2019-2020, en utilisant les données quantitatives disponibles issues des différents rapports d’enquêtes notamment l’Enquête Démographique et de Santé, l’enquête national sur la nutrition des enfants de moins de cinq ans, l’Etude Nationale d’Evaluation d’Indicateurs Socio- et les données sur les indicateurs de sécurité alimentaire de la FAO. Une des recommandations majeures des rapports d’analyse de la question N°1 (« Comment les déterminants qui expliquent la prévalence élevée et persistante de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans ont-ils évolué ? ») porte sur la nécessité de « faire une revue documentaire et des recherches formatives de type qualitatif dans au moins deux (2) régions (Maradi et Agadez) pour expliquer d’avantage les disparités régionales et suggérer des solutions endogènes et locales ».

L’objectif général de cette étude est d’améliorer la compréhension des phénomènes/facteurs déterminants qui expliquent les tendances élevées de la malnutrition chez les enfants de moins de cinq (5) ans.

De façon spécifique, au niveau de la région de Maradi et d’Agadez, cette étude vise à :

  • Analyser l’évolution des connaissances des populations et appréhender la performance des programmes et politiques pour un changement de comportements et pratiques en matière de nutrition ;
  • Cartographier et documenter les pratiques et comportements alimentaires des ménages et des groupes vulnérables ainsi que leurs impacts positifs ou négatifs sur l’alimentation et la nutrition ;
  • Déterminer les restrictions alimentaires vis-à-vis des enfants en bas âge, de la femme enceinte et allaitantes ainsi que les pratiques traditionnelles en matière d’allaitement et d’alimentation de complément ;
  • Identifier pour chaque comportement les personnes clés qui peuvent servir d’alliées et celles qui risquent d’être des obstacles ;
  • Comprendre et appréhender les logiques qui gouvernent les pratiques et comportements alimentaires observables chez les groupes vulnérables ;
  • Appréhender le calendrier de disponibilité alimentaire dans chaque communauté d’étude (village, campement ou quartier)
  • Apprécier la pertinence et l’adéquation de l’offre des services de nutrition, d’approvisionnement alimentaire, santé et eau, hygiène et assainissement ;
  • Apprécier les potentialités et les contraintes existantes en matière de communication au niveau des communautés, notamment l’efficacité des canaux et moyens de communication par rapport aux groupes cibles ;
  • Identifier le degré et les mécanismes de participation actuelle des femmes et des communautés aux activités couvrant les domaines de l’alimentation, la nutrition, les soins de santé pré et post-natals, l’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement et autres services d’encadrement ;
  • Alimenter les réflexions afin d’affiner les orientations politiques et programmes d’intervention de lutte contre la malnutrition chronique dans le pays

C’est dans ce cadre que la PNIN sous le lead d’un consultant national Socio-Anthropologue recruté à cet effet a organisé du 20 Mai au 25 Mai une formation des agents de collecte de données sur les connaissances et pratiques en matières de nutrition. Les agents de collecte recrutés et formés étaient principalement des socio-anthropologues et des nutritionnistes. La formation a concerné 20 agents de collecte dont 4 réservistes, 12 assistants de recherche et 4 chefs d’Equipe.

A l’issue de la formation Seize (16) agents de collecte ont été déployés sur le terrain. Les agents étaient répartis en quatre (4) groupes et chaque groupe étaient composé de trois assistants de recherche et d’un chef d’Equipe. La collecte des données est prévue du 28 Mai eu 15 Juin, à Maradi (Madarounfa et Mayahi) et Agadez (Tchirozerine et Iferouane) en raison de deux équipes dans chacune de ces deux régions.

Cette étude qualitative fait suite à celle réalisée par Nancy KEITH et Mariatou KONE en 2007, en mettant en évidence les connaissances, les pratiques et comportements en matière de l’alimentation et de la nutrition.  Les acteurs rencontrés dans le cadre de cette étude sont :

  • au niveau macro : les acteurs centraux à Niamey;
  • au niveau mezzo : la Direction de la Santé Publique (DRSP), l’Hôpital de District (HD) et des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) de proximité, les collectivités territoriales),
  • au niveau micro : les agents de santé au niveau des Centre de Santé intégré (CSI) et Case de santé, les auxiliaires de santé ;
  • au niveau communautaires : les femmes enceintes et allaitantes, les pères, les leaders d’opinion, les relais communautaires, les tradipraticiens/guérisseurs traditionnels etc…) ;

Les méthodes utilisées pour la collecte des données sur le terrain sont essentiellement qualitatives. Il s’agit de :

  • Entretien semi directif
  • Focus group discussion
  • Observation

Le traitement et l’analyse des données se feront de façon progressive sur le terrain lors des débriefings quotidiens et ensuite une compilation des synthèses se fera par les chefs d’équipe et le consultant socio-anthropologue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.