Les femmes âgées de 15-49 ans : quels déterminants de la diversité alimentaire ? : le rapport de la PNIN-Niger

En réponse aux différentes sous questions du Plan Cadre d’Analyse (PCA) 2023-2024, la PNIN a produit un rapport. Il s’agit notamment de la sous question 3 : « Tendances et principaux déterminants de la diversité alimentaire chez les femmes âgées de 15 à 49 ans au Niger » de la question n°1 du PCA : « Quels sont les déterminants de la diversité alimentaire et des apports nutritionnels chez les femmes adultes (19 – 49 ans) et les adolescentes (10 – 18 ans) au Niger ? Existe-t-il des disparités régionales et quels en sont les facteurs ? ».

Ce rapport a été validé par un comité ad hoc composé de personnes ressources issues du Comité Technique de la Politique Nationale de sécurité Nutritionnelle (PNSN). Les résultats d’analyse dudit rapport ont par la suite fait l’objet de validation par le Groupe Technique Nutrition (GTN) en sa session du 19 janvier 2024.

Ce rapport technique qui porte sur les déterminants de la diversité alimentaire chez les femmes en âge de procréer, constitue un important outil d’aide à la décision dans le cadre de la lutte contre la malnutrition sous toutes ses formes. Il répond aux besoins d’information et d’analyse exprimés et priorisés dans le Plan Cadre d’Analyse 2023-2024 de la PNIN. En effet, il fait suite à la note d’information produit par la PNIN en août 2021 sur l’évaluation des performances des systèmes alimentaires au Niger par la diversité alimentaire minimale chez les femmes âgées de 15-49 ans. Cette note d’information met en évidence l’importance et l’opportunité de considérer la diversité alimentaire des femmes en âge de procréer (15-49 ans) comme un marqueur de performance des systèmes alimentaires au Niger. Sur ce fait, il convient de noter que , la diversité alimentaire est un outil de mesure de la qualité de l’alimentation au niveau individuel et de l’adéquation nutritionnelle du régime alimentaire.

 Le rapport sur les tendances et les déterminants de la diversité alimentaire chez les femmes de 15-49 ans, nous informe sur l’évolution de la diversité alimentaire entre 2020 et 2023 ainsi que ses potentiels facteurs d’influence. Le pourcentage des femmes âgées de 15-49 ans ayant une diversité alimentaire minimale, déjà faible , a connu une baisse régulière au niveau national entre 2020 (53,3%) et 2022 (37,0%). Ainsi, la dégradation de la qualité de l’alimentation observée au Niger est d’autant plus inquiétante que les perspectives de renverser les tendances actuelles sont assombries par la récente crise politique de 2023, qui vient s’ajouter à l’insécurité et les conséquences du changement climatique.

Cette situation est contrastée par une structure de l’alimentation des femmes qui est monotone et peu diversifiée composée essentiellement d’aliments de base (céréalières, tubercules et racines), de légumes feuilles vert foncé et dans une moindre mesure, le niébé. Les œufs et autres produits animaux, les noix, les fruits et légumes riches en vitamine A et autres micronutriments sont faiblement consommés.

Toutefois, plusieurs déterminants modifiables, pour lesquels des solutions techniques existent, sont positivement liés à une meilleure diversité alimentaire minimale adéquate. Ces déterminants sont biologiques et individuels tels que l’absence de l’anémie. Ils sont aussi socio-économiques et ont trait aux sources de revenus monétaires réguliers provenant du salariat, de la pension, du commerce, de l’artisanat ou des petits métiers. On note aussi, l’absence ou peu d’enfants de moins de cinq ans et l’accès aux installations sanitaires. Ces solutions techniques sont déjà mises en œuvre au Niger, bien que la mise à l’échelle reste un défi majeur à relever.

Pour impulser la couverture de la diversité alimentaire minimale chez les femmes de 15 à 49 ans, il s’avère nécessaire de mettre en œuvre des investissements conséquents à large échelle ciblant l’accroissement progressif de la couverture et de la prise en charge de ces déterminants modifiables.

PNIN-NIGER©JUIN2024