Processus d’élaboration des engagements Nutrition du Niger pour le sommet sur la Nutrition pour la croissance / Tokyo 2021 (Niamey, Octobre 2021)

Les acteurs de la nutrition au Niger, sous le leadership du Ministère de la Santé, de la Population et des Affaires Sociales,  à travers sa Direction de la Nutrition et le Haut-Commissariat à l’Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens), ont organisé un atelier de concertation national du 12 au 13 octobre 2021 afin d’adopter une démarche commune pour influencer l’élaboration d’engagements concrets et réalistes du Niger pour le prochain sommet Nutrition pour la croissance 2021, qui se tiendra en décembre 2021 à Tokyo.

En effet, les statistiques globales de nutrition au cours des deux dernières décénies montrent une progression très lente vers l’atteinte des indicateurs. Toutefois, aucun pays n’est en voie de réaliser la totalité des dix objectifs fixés  pour lutter contre la malnutrition à l’horizon 20251. C’est pourquoi le rapport mondial sur la nutrition (global nutrition report), publié en mai 2020 en pleine période de pandémie de la COVID 19, met l’accent sur I’urgence de suivre maintenant plus que jamais l’engagement de tous les acteurs (gouvernements, secteur privé, société civile…) à « intensifier leurs efforts pour lutter contre la malnutrition sous toutes ses formes et combattre les dysfonctionnements, notamment des systèmes alimentaires et sanitaires ».

Cette accélération pourrait s’opérationnaliser uniquement à l’aide d’engagements clairs de tous les acteurs avec des programmes adaptés mis en œuvre en tenant compte des besoins financiers réels. En 2021, deux évènements clés sont prévus : 1/ le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires (UNFSS) ; 2/ le Sommet de Tokyo sur la nutrition pour la croissance(N4G). Cela représente des opportunités majeures pour le Niger de poser des actes concrets en faveur de la nutrition et progresser vers l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Le Sommet sur la Nutrition pour la croissance (N4G) constituera une occasion importante de pointer la communauté mondiale vers la réalisation des cibles des objectifs de développement durable — en particulier, de mettre fin à la malnutrition sous toutes ses formes d’ici 2030 et de renforcer le lien entre l’alimentation, les systèmes alimentaires et la santé. L’objectif est de galvaniser l’engagement des gouvernements, de la société civile, du secteur privé, des donateurs et des agences des Nations Unies pour mettre fin à la malnutrition sous toutes ses formes afin d’avoir plus d’impact et sauver plus de vies.

Au Niger, ce processus de préparation dudit sommet coïncide avec celui d’élaboration du second Plan d’Action (2021-2025) de la Politique Nationale de Sécurité Nutritionnelle (PNSN). Les deux processus devront être synergiques, car le bilan sur la mise en œuvre des engagements antérieurs pourra alimenter l’élaboration du nouveau plan d’action. Les actions prioritaires du nouveau plan d’action pourront informer la formulation des nouveaux engagements dans les différents secteurs concernés.

Le gouvernement du Japon a identifié cinq domaines thématiques qui sont essentiels pour atteindre les objectifs mondiaux et mettre fin à la malnutrition sous toutes ses formes en lien l’organisation de ce sommet.

Il s’agit de :

  1. Faire de la nutrition une partie intégrante de la Couverture Sanitaire Universelle (CSU) ;
  2. Mettre en place des systèmes alimentaires qui encouragent une nutrition et des régimes alimentaires sains, qui garantissent les moyens de subsistance des producteurs et qui sont rationnels face aux changements climatiques ;
  3. Lutter efficacement contre la malnutrition dans les contextes fragiles et affectés par les conflits ;
  4. Promouvoir une responsabilisation fondée sur les données ;
  5. Obtenir de nouveaux investissements et favoriser l’innovation dans le financement de la nutrition.

L’atelier de deux jours permet donc les échanges entre acteurs de la nutrition pour :

  • Avoir une clarification commune sur le niveau de mise en œuvre des engagements du pays lors du sommet N4G précédent (2013-2017) ;
  • Identifier les engagements les plus adaptés aux priorités et besoins du Niger en se basant sur le niveau de mise en œuvre des engagements antérieurs de 2013 et 2017 ;
  • Donner des orientations sur la formulation des engagements pour les différents domaines thématiques et en clarifiant les rôles et les responsabilités de chaque partenaire pour la phase de validation des engagements pays.

A l’issue de cette rencontre les participants ont identifié et proposé des engagements qui seront validés et adoptés par le gouvernement avant leur soumission aux organisateurs du Sommet. Il est ressorti clairement qu’il est fondamental de s’appuyer sur les anciens engagements afin d’assurer une continuité des engagements déjà pris. Les engagements proposés par les participants, qui seront transmis aux autorités compétentes pour en assurer les choix et la synthèse, se présentent comme suit :

  1. Accompagner l’essor des petites et moyennes entreprises agroalimentaires (PME) qui promeuvent les chaines de valeurs à haute valeur nutritive et marchande ;
  2. Mettre en place un fonds commun du Gouvernement-PTF pour l’agriculture et le développement rural en vue de renforcer les capacités fonctionnelles et opérationnelles des systèmes alimentaires durables et sensibles à la nutrition ;
  3. Mettre en place un système d’information adapté pour le suivi-évaluation des progrès vers des systèmes alimentaires durables et des outils de promotion de la saine alimentation ;
  4. Adopter la loi relative à la commercialisation des aliments du nourrisson et des jeunes enfants et ses textes d’application d’ici 2023 ;
  5. Financer sur ressources propres à hauteur de 15 % le plan d’action de PNSN 2021-2025 ;
  6. Étendre les interventions à impact prouvé sur la nutrition focalisée sur les 1 000 jours au niveau communautaire d’ici 2025 ;
  7. Accroitre la couverture et l’accès aux services de santé et de nutrition de qualité dans les zones d’insécurité avec des déplacements des populations fragiles des départements frontaliers de Diffa, Tillabéri ;
  8. Élaborer une stratégie nationale des filets sociaux intégrant la vulnérabilité nutritionnelle comme un des critères d’éligibilité, catalyseur du registre social unifié.

Rapport atelier sommet pour la croissance_01_11_2021_VF