Résultats de l’Evaluation Nationale de la Situation Nutritionnelle au Niger à travers la méthodologie SMART[1] (Mai 2018)

L’enquête nutritionnelle de novembre 2018 s’inscrit dans le cadre du suivi de la situation nutritionnelle, cadre mis en place par le Ministère de la Santé Publique (MSP) en collaboration avec les Partenaires Techniques et Financiers (PTFs) et plus spécifiquement l’UNICEF et le PAM et les membres du Groupe Technique Nutrition au Niger (GTN).

L’enquête permet d’évaluer l’état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans, la mortalité rétrospective dans la population générale et chez les enfants de moins de 5 ans ainsi que certains facteurs contribuant à la malnutrition (diarrhée et fièvre), la couverture de la vaccination anti rougeoleuse, les pratiques d’Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant (ANJE) et la consommation de sels iodés.

La prévalence de la Malnutrition Aigüe Globale[2] (MAG) est de 15 % et celle de la Malnutrition Aigüe Sévère (MAS) est de 3,2 %. Ces valeurs atteignent/dépassent les seuils critiques fixés par l’Organisation Mondiale de la Santé à 15 % et 2 % respectivement pour la MAG et la MAS. En 2018, le Département de Mainé Soroa et la région de Zinder ont la prévalence la plus élevée avec 20,7 % et 19,2 %respectivement.

La prévalence nationale de la malnutrition chronique[3] est de 47,8 %, largement au-dessus du seuil critique fixé par l’OMS et retenu par le Niger. Les prévalences varient de 18,6 % dans la ville de Niamey à 63 % dans la région de Zinder. La prévalence de la malnutrition chronique est la plus importante dans la partie sud du pays où elle affecte plus d’un enfant sur deux dans deux régions (Maradi et Zinder). Enfin, la proportion d’enfants de 6 mois à 23 mois bénéficiant d’un minimum alimentaire acceptable est de 10,9 % au niveau national. Cette proportion varie entre 0,9 % à Agadez à 40,5 % à Niamey

L’enquête nutritionnelle est basée sur la méthodologie SMART avec une représentativité à la fois au niveau régional et national et parfois départementale. Ainsi, l’enquête cible les ménages de la région de Diffa, les populations des sites des déplacés ainsi que dans les camps des réfugiés maliens et nigérians (Diffa, Tillabéry et Tahoua). L’enquête transversale se base sur un sondage en grappes à deux degrés, dont l’échantillon compte au total 477 grappes avec 8 573 ménages visités dont 8 340 enfants de moins de 5 ans. Le rapport disponible en cliquant sur le lien ci-dessous présente les conclusions et recommandations orientées vers l’action.

Rapport final: Evaluation Nationale de la Situation Nutritionnelle  par la Méthodologie SMART 2018

 

[1] SMART : Standardized Monitoring and Assessment of Relief and Transitions – (Suivi et évaluation standardisés des urgences et transitions) est une initiative inter-organismes lancée en 2002 qui préconise une approche systématisée auprès de nombreux partenaires pour obtenir des données fiables, très importantes à la prise de décision.

[2] La malnutrition aiguë (Faible Poids/Taille) reflète les pertes de poids récentes quel que soit l’âge de l’enfant.

[3] La malnutrition chronique (Faible Taille/Age) le retard de croissance chez l’enfant.